2017: Evolution

Plusieurs mois ont passé depuis le dernier article sur ce blog.

tem pimenta a pris des vacances: du temps libre dédié au repos, mais aussi à la réflexion. Il m’a fallu prendre du recul, des forces et de l’élan afin de poursuivre cette aventure passionnante avec énergie et sérénité. Ce temps m’a également permis de faire un premier bilan.

tem pimenta a suscité de l’intérêt. Au delà de l’esthétique de la ligne qui a su séduire les amateurs de mode bohème, colorée, et aux coupes originales, les valeurs de la marque ont touché le public. Il me semble que les consommateurs s’intéressent toujours plus au chemin parcouru par le vêtement qu’ils achètent. Qui l’a cousu, dans quelles conditions, avec quelles matières? Est-ce équitable? Bio? Local? Tant de questionnements qui se bousculent aujourd’hui dans la tête d’un client toujours plus responsable. La mode éthique prend de l’essor et tem pimenta a envie d’en faire partie. Que de beaux défis pour la planète et ses habitants! Alors qu’on est souvent négatifs quant à notre futur, je pense qu’il est important de mener des actions positives et optimistes. Rien n’est facile, mais nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir être des « consomm- acteurs », quitte à payer plus pour de la meilleure qualité, durable et équitable.

Depuis le début de tem pimenta, je me suis entourée de personnes créatives et disponibles, qui ont contribué bénévolement au projet. Cependant, une charge importante de travail s’est concentrée sur mes épaules et il s’est avéré difficile de maintenir le rythme sur le long terme. Derrière les collections de tem pimenta se cachent en effet beaucoup de tâches différentes.

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin…

Afin d’évoluer, tem pimenta a aujourd’hui besoin de nouvelles forces, de batir une équipe qui s’appuie sur des ressources complémentaires. Je suis donc activement à la recerche d’une ou plusieurs personnes prêtes à s’impliquer sérieusement dans ce projet en pleine redéfinition.

 

En parallèle…

L’absence de collection en 2017 a libéré du temps dans mon planning pour développer d’autres projets et puiser de l’inspiration pour développer tem pimenta.

Suite au premier défilé de tem pimenta en 2015, celui de 2016 a été l’occasion de m’allier à d’autres créateurs afin d’organiser un festival : le « Fashion Revolution Day Sierre ». De cette première édition est née une association, dont je fais partie, « ‘Ethique &tac », qui a pour but de promouvoir la mode éthique et durable. Nous planchons déjà sur la prochaine édition de ce festival bisannuel qui aura lieu en avril 2018.

L’été dernier, j’ai été invitée à participer à une exposition aux Caves de Courten à Sierre, à l’occasion des 10 ans du festival « Week-End au bord de l’eau ». Chaque exposant a personnalisé un transat, un objet culte de ce festival. Voici la contribution de tem pimenta.

En janvier 2017, je me suis rendue à la foire « Ethical Fashion Show Berlin ». Ce fut l’opportunité d’agrandir mon réseau professionnel en rencontrant de nouvelles personnes, d’assister à des conférences sur la mode éthique, de découvrir de nombreux labels et de prolonger ma réflexion quant à l’avenir de tem pimenta.

Pour conclure…

Comment un petit label peut-il survivre dans la jungle de la mode aujourd’hui ?
Comment respecter des standards éthiques exigeants, tout en étant une entreprise viable?
Est-il possible d’inventer un nouveau modèle, entre la fast fashion et le commerce de luxe?
Comment produire une ligne de vêtements équitables, en respectant aussi l’environnement ?
Comment intégrer les consommateurs au développement de la marque, les rendre conscients et acteurs ?

 

Toutes ces questions m’ont menées vers de nombreuses pistes d’exploration.

Des idées innovantes plein la tête, je suis prête à rencontrer une ou plusieurs personnes qui voudraient se lancer dans cette belle aventure. Ensemble, nous pourrions inventer un nouveau modèle, au carrefour de l’éthique et des besoins actuels des consommateurs.

 

Post scriptum: suite à cet article, Karina est venue rejoindre l’équipe.

 

Credit photos: unsplash.